Un mari à tout prix

J’ai vraiment beaucoup aimé cet article!

« Les vieilles filles, parlons-en ! A quel âge d’ailleurs doit-on se considérer comme faisant parti du lots de ces infortunées ? Car tel est bien le cas des jeunes femmes sans époux et sans enfants dans des sociétés de machos comme les nôtres ! Etre toujours sous tutelle, c’est bien là le sort réservé à la femme africaine : le père d’abord puis le mari ensuite ! Mais si nous laissons un moment la société en paix pour adopter le point de vue des vieilles filles ? »

La solitude est une chose qui vous ronge, que vous soyez ressortissante du Nord comme du Sud. Et cette solitude devient plus grande encore lorsque les amis autour de vous ont tous convolés en justes noces ; lorsque que vous vous retrouvez toujours seule au milieu du groupe de copains lors des sorties, chacun étant accompagné de sa moitié. Au début, on vous invite et vous acceptez, par habitude et au fur et à mesure vous vous rendez compte que vous vous ennuyez au milieu de tous ces copains. Que vous n’y avez plus votre place. Qu’ils parlent de sujets auxquels vous ne comprenez que dalle, genre biberons et compléments de condiments. Alors, vous commencez à décliner les invitations et au bout du compte on ne vous invite plus : vous ne faites plus parti du groupe d’amis auquel vous avez toujours appartenu.

Les soirées se passent désormais devant la télé, ou à discuter sur la terrasse en compagnie de maman et les fins de semaines vous paraissent de plus en plus longues malgré vos auteurs et acteurs préférés, malgré les anecdotes de maman. Vous commencer même à redouter ces fins de semaines qui pourtant faisaient votre joie. La compagnie des enfants de vos frères et sœurs, que vous aimez beaucoup, vous font ressentir encore plus votre solitude. A votre âge, vous ne devriez plus être là, à garder vos neveux et partager vos soirées avec votre mère mais être chez vous, dans votre foyer, entourée de vos propres enfants et de votre époux ! Au lieu de cela, vous êtes encore chez Papa/Maman et peut-être même à partager le lit de cette tendre femme, vue qu’en Afrique, on oublie souvent de prévoir une chambre pour la fille, étant donné qu’elle est appelée à partir… Ou encore, vous jouez les parasites chez un grand frère car les vôtres ne veulent surtout pas vous laisser aller louer un appartement ! Que diraient les voisins ! Et puis, on pense toujours que vous partirez bientôt, qu’un Prince Charmant finira bien par se retourner sur votre passage.

Mais vous, il vous arrive de plus en plus souvent de devoir chercher longtemps le sommeil, vous tournant et retournant dans votre lit. Puis les larmes entrent en scène. Elles coulent toutes seules sur vos joues sans raison précise. Attention, voilà la déprime qui s’installe. Mais c’est bien connu que c’est une maladie de blanches ! Vous, si vous y faites allusion, on vous traite de folle ! Mais maman est là qui veille et qui s’inquiète en silence. Alors, avec l’aide de ses autres filles ou de ses belle-filles, elle vous arrangent des rencontres « fortuites », elle investit les vestibules des marabouts à la recherche de potions magiques, de plantes pour vous « désenvoûter » car ce n’est pas normal qu’à votre âge vous ne soyez pas encore mariée ! Elle, Maman, elle avait déjà 3 ou 4 enfants ! Ensuite, vient la pitié que vous lisez sur le visage de ceux qui vous entourent, même sur la face de celles qui se font insulter et battre constamment par leurs époux ! Au moins, elles sont femmes, elles ! En tout cas, elles le pensent, et vous, vous finissez également par vous en persuader et vous vous mettez à regretter tous ces jeunes hommes sans intérêt auxquels vous avez dit non avec raison. Vous commencez à voir en tout homme, un éventuel  » sauveur « , car c’est ainsi que vous voyez désormais celui qui pourrait vous soustraire à l’inquiétude de votre mère, à la pitié des femmes et surtout, à cette monstrueuse solitude qui vous ronge, vous rendant la vie impossible ! Et puis, vous aurez au moins un enfant ! Enfin ! Vous êtes alors en état de tomber dans des pièges aussi gros que possible. Vous devenez la proie des hommes mariés ! des voyous ! Mais vous n’êtes pas dupe, vous pensez : « Tout vaut mieux que cette solitude ! ». Avez-vous raison pour autant ?

Source: Musow

Publicités

2 réflexions sur “Un mari à tout prix

  1. Juvénal Giscard DIBERT dit :

    très bonne analyse; mais moi je suis pour » mieux vaut être seule que d’être mal accompagnée. »
    du courage à ses « vieilles filles »!

Et vous, qu'est ce que vous en dites ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s