Les pieds au mur !

Il y a quelques jours, j’ai brièvement suivi sur RFI une émission abordant la question de la punition à l’école primaire. Et inévitablement j’ai repensé à celles que j’avais eu dans mon enfance. Pas beaucoup hein, parce que moi, comme vous vous en doutez certainement j’étais une excellente élève. Bavarde certes (la preuve je continue ici encore ), mais une bonne élève. Et j’étais maigre aussi. Très maigre même. Je crois que mes instituteurs avaient inconsciemment peur aussi de me casser quelque chose. Bref. 

J’ai donc repensé aux pieds au mur, aux pompes avec les mains aux oreilles, aux quatre gaillards, aux chicotes faites de fil électrique ou en tuyau de plomberie. J’ai repensé aux abonnés punis qui se préparaient en superposant les culottes sous leurs uniformes pour atténuer la violence des coups et la douleur. J’ai repensé aux phrases bizarroïde à copier deux cents fois sur une feuille de papier et aux autres punitions ingénieuses sorties tout droit de l’esprit de pédo-tortionnaires frustrés. 

Les rares fois où il m’arrivait d’être punie, je gardais ça pour moi. Il ne fallait surtout pas aller le dire à la maison et je dois avouer qu’alors, j’enviais ceux dont les parents venaient faire scandale à l’école parce qu’on les avait tapé. Chez nous autres, si tu t’amusais à aller te plaindre tu pouvais être sur de voir ta maman débarquer pour dire au maître de mieux te chicoter la prochaine fois parce que même à la maison tu étais insupportable. 

Et j’ai repensé au regard éberlué de ma petite cousine née en france qui n’admet pas dans son esprit d’occidentale, qu’on puisse punir ainsi un enfant. Qu’on nous a puni ainsi sa mère et moi. 

On sourit aujourd’hui quand on en parle mais comme l’a dit un auditeur à la radio, c’est plus par nostalgie de notre enfance que par approbation de ces méthodes de punitions. Et je suis d’accord avec lui. Je crois que je ne supporterai pas qu’on lève la main sur mon fils et que je ferai certainement aussi un scandale. 

Mais alors, comment punir un enfant quand on sait que faire des bêtises est aussi naturel pour lui que jouer ? Pourquoi est ce que cela semblait normal à nos parents à nous, de nous battre lorsque nous ne les écoutions pas ? Sommes nous doucement en train d’être formatés pour accepter l’abolition de tout châtiment corporel ?  Est ce LA solution ?

Publicités

Et vous, qu'est ce que vous en dites ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s