L’équation africaine

Maria Sandra Mariani, Avant

En allumant la radio ce matin je n’imaginais pas l’état dans lequel me mettrait l’annonce de la libération de l’otage italienne Maria Sandra Mariani. Il se trouve que je suis justement en train de lire le roman de Yasmina Khadra intitulé « L’équation africaine« . Ce roman plus que d’actualité ce jour même, raconte l’histoire d’un médecin allemand et de son ami riche humanitaire, dont le bateau est assailli par les pirates au large des côtes somaliennes. Ils sont enlevés puis transférés dans un campement clandestin. Les infos données par les médias sur cette partie du continent deviennent leur triste réalité…

Maria Sandra Mariani, aujourd’hui 18 avril 2012

Et j’imagine depuis que j’ai entendu la nouvelle à la radio, Maria Sandra Mariani. Enlevée dans le sud de l’Algérie, vendue d’un groupe à un autre, trimbalée d’un repère à un autre, dans le Sahel à bord d’un 4*4 déglingué, pour finalement se voir libérer au désert malien un an plus tard.
Je l’imagine nourrie de « galettes rances et de viande séchées » comme le décrit le livre, je l’imagine au fil des jours sombrer dans l’angoisse et la dépression, apeurée dans cette vaste étendue immobile;
et j’imagine ses éventuels compagnons d’infortune sombrer dans la folie quand ils constatent le traitement différent qu’on lui réserve maintenant à elle, parce qu’elle a obtenu un « acquéreur« , je les imagine sombrer doucement devant l’incertitude qui plane sur leurs lendemain à eux, le jour de sa libération à elle…je l’imagine elle, incrédule quant au déroulement subit que prend sa vie d’ex otage.

Maria Sandra Mariani est désormais l’héroïne du roman de Yasmina Khadra et moi je ne vis plus les informations relatives aux otages de la même façon…

Publicités

2 réflexions sur “L’équation africaine

  1. David Kpelly dit :

    Pas encore lu. J’ai lu la part du mort, l’Attentat, Ce que le jour doit à la nuit… et ce qui est sûr, Yasmina Khadra fait partie des écrivains majeurs de la littérature francophone. Normal, il est algérien, et l’Algérie est costaud costaud dans la littérature francophone: Rachid Boudjedra, Salim Bachi, Boualem Sansal, Mohamed Dib…

  2. ayyahh dit :

    Je dois avouer que c’est le premier auteur magréhbin que je lis, et je ne regrette pas du tout bien au contraire….

Et vous, qu'est ce que vous en dites ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s