Le coupable c’est la « solidarité africaine »

J’ai ouvert ma boite mail ce matin et j’ai cliqué sur le lien d’un blog où je suis abonnée, et de clic en clic je suis tombée sur cette vidéo: Nigeria: Sex, Lies and Black Magic. Je l’ai regardé et je l’ai rebaptisé « Comment aider quelqu’un qui ne veut pas qu’on l’aide? »
Quand et comment arriverons nous à nous débarrasser de ces croyances ? Que la vie, la vraie, est en Europe? Qu’on est forcément malheureux en Afrique? Qu’on ne peut pas rentrer quand l’aventure en occident s’est soldée par un échec? Qu’on va mourir de honte si on rentre sans le sou? Chez moi on dit que la honte tue, et cela est encore plus vrai quand on s’obstine à vivre dans des conditions inhumaines pour alimenter un mythe. Le documentaire Paris mon Paradis de la réalisatrice burkinabé Eleonore Yameogo ne dit pas autre chose.

La légendaire solidarité africaine s’est transformé en chimère qui ne dit pas son nom. Au nom de cette solidarité familiale, on se prostitue, on vend de la drogue, on vole, on tue, … pour envoyer des sous au pays, s’occuper de ses parents, de ses frères, de sa famille… On s’alliénie, on se vend, on s’oublie et on meurt. Cette solidarité africaine que le père ou la mère n’aura de cesse d’inculquer à tort et à travers à ses ainés, ne finira pas de si tôt d’alimenter la chaines des trafics humains.

En Europe des milliers d’africaines se prostituent au vu et au su de tous, indignes du prix d’une chambre d’hôtel, à même la rue comme en témoigne (Âmes sensibles s’abstenir) ce reportage du journal El Pais. Tout ça au nom de la solidarité familiale, de la solidarité africaine. On sacrifie sa vie.

Certes nous avons des devoirs vis à vis de notre fratrie, mais doit on pour autant s’oublier? Y a-t-il obligation de supporter les échecs de ses frères/sœurs quand ces derniers ont parfois délibérément baissé les bras et refuser de se battre pour se donner la chance d’un avenir meilleur? Doit-on céder au chantage affectif des parents pour prendre soin des enfants qu’ils ont mis au monde et dont ils ont eux mêmes été incapables de garantir le futur? Allons nous élever nos enfants à nous avec cette croyance?

Publicités

10 réflexions sur “Le coupable c’est la « solidarité africaine »

  1. RitaFlower dit :

    Pourquoi une vision aussi fataliste et pessimiste de la part de la réalisatrice Burkinabé Eleonore Yameogo de la diaspora africaine de FRANCE?je me pose la question à la vue du visionnage de ce film-documentaire qui ne montre qu’un aspect sombre de la vie des Africains en OccidentQuel que soit le pays ou l’on vit,chacun a ses réalités que chacun doit prendre en compte.C’est une perte de temps de vouloir toujours trouver un bouc-émissaire à ce problème d’immigration présent partout dans le monde.Que font les pays-africains pour retenir leurs compatriotes?une personne normalement constituée peut-elle rester dans un pays africain ou elle n’a pas d’argent,d’emploi,de toit et pas d’avenir pour simple amour pour son pays-d’origine? elle aura envie de s’exiler ailleurs pour voir si l’herbe est plus verte de l’autre coté de l’océan.La majorité des africains travaillent à la « sueur de leurs fronts » pour subvenir aux besoins de toute la Famille en FRANCE et en AFRIQUE.C’est un lourd cadeau empoisonné dont chacun assume sa part avec courage.ILs font habituellement des travaux dont personne ne veut:garde d’enfants,assistance des personnes agées,femmes de ménages,manutentionnaires,agents de surveillance et de sécurité,balayeurs,éboueurs etc…eh oui,c’est une dure réalité…meme encore aujourd’hui.ILs bossent déclarés ou pas d’ailleurs.Tout dépend du statut de chacun.ILs ont aussi une vie sociale riche et s’adapte du mieux qu’ils peuvent à leur nouvel environnement.Si on veut etre accepté par l’étranger,il faut commencez par nous accepter nous-memes,africains.

    • ayyahh dit :

      Je ne peux pas répondre à la place de la réalisatrice, mais je peux comprendre qu’elle essaie d’éclairer les candidats à l’exil du danger qui les guette et qu’ils ignorent, totalement obnubilés qu’ils sont par la vie paradisiaque qui sera « forcément » la leur une fois qu’ils seront de l’autre coté…
      la seconde vidéo sur le Nigeria est d’autant plus choquante que la journaliste prend la peine d’avertir la jeune femme du danger qui l’attend si elle prend l’avion, et sa réaction justifie à mes yeux la prise de position de Eleonore Yaméogo….. une prise de position qui n’est finalement qu’une goutte d’eau de plus à la mer …

  2. Ary dit :

    Je suis parfaitement d’accord avec Ayyahh le documentaire a pour but de montrer clairement aux jeunes Africains les réalités de la vie CLANDESTINE. Elle dit « un Africain peut réussir en Europe, mais la clandestinité durcit encore plus le processus ». En tout cas je lui tire mon chapeau. La seule chose que je trouve dommade est que les deux personnages qu’elle a suivi ne s’en sont sortis que parce qu’ils ont eu des enfants avec des Francais..montrant une fois de plus que c est la seule issue quand on est sans papiers en France.

    Quant au documentaire sur le Nigéria, je t’assure que j’étais véritablement choquée par l’ignorance et la naiveté de la jeune femme. Malheureusement, beaucoup pensent comme elle.

    • ayyahh dit :

      Exactement, je crois que ce serait pas une si mauvaise idée que nos chaines de télévisions publiques diffusent régulièrement ce genre de programmes, le documentaire de la burkinabé est libre « apparemment » et il a été diffusé sur tv5 et la télé sénégalaise…

  3. RitaFlower dit :

    Le fait que vous affirmiez qu’avoir des enfants avec des Français est le seul moyen pour avoir des papiers en France montre évidemment votre totale méconnaissance sur ce sujet.Renseignez-vous d’abord sur les obtentions pour avoir des papiers pour un immigré.Fatiguée de cette stigmatisation de la diaspora arfraicaine en France.A bon entendeur,salut!

  4. ayyahh dit :

    La question majeure de ce post était de savoir ce que deviendrait « la légendaire solidarité africaine »; croyez vous qu’en l’état actuel des choses nous devrions perpétuer ce modèle?

  5. RitaFlower dit :

    En fait,je n’en sais strictement rien.La »légendaire solidarité africaine »dont tu fais référence n’existe pas en réalité.Ce n’est qu’une vue de l’esprit.Depuis quand les africains sont solidaires?c’est un mythe,voilà tout.Comment peut-on alors perpétuer quelque chose qui n’existe que dans les fantasmes des uns et des autres?quant tu regardes toutes les communautés au monde il y a malgré leurs divergences une vraie solidarité.Ce qui n’est pas le cas en Afrique.Arretons de nous voiler la face et voyons les choses comme elles le sont réellement.Arretons de rever,oui…

    • Levent dit :

      RitaFlower, je suis parfaitement d’accord avec votre analyse. La réalisatrice a une vue misérabiliste de la vie des immigrés africain en Europe et particulièrement en France. D’abord elle parle des Africains, et elle fait un zoom sur la vie des clandestins, des sans-papiers. Là elle ne nous apprend rien. Car on ne peut pas être dans ces conditions et bien vivre. ça tout le monde le sait. Même dans son propre pays quand on a pas de papier, on ne peut pas bien vivre.
      – Le travail n’a pas de couleur (je ne parle pas de la prostitution, du vol que beaucoup considère comme un métier). Nos parents sont partis en Côte d’Ivoire, ils ont travaillé dure dans ce pays pour participer à la réussite de nombre de leurs enfants qui sont aujourd’hui des ministres, des cadres (privés et publics) au Burkina Faso. Ils envoient regulierement de l’argent. Ceux qui ont travaillé dure en Côte d’Ivoire sont aujourd’hui de grands investisseurs au pays (transport, immobilier…). Aurons nous honte de dire que nos pères étaient des éboueurs, boy-cuisiniers, ouvrier agricoles, des jardinnier, des dockers au port en Côte d’Ivoire. Non, au contraire nous ferons la promotion pour dire que seul le travail libère.
      – Les gens travaillent dure, mais ils investissent au pays. Si vous connaissez le Sénégal, allez y faire un tour. Et là vous allez comprendre pourquoi les gens veulent partir. Allez-y au Burkina Faso, plus précisément à Beguedo, Niogho en « pays Bissa » pour comprendre pourquoi des jeunes Bissa rêvent tant de l’Italie. Dites aux Africains qui sont en Afrique de regarder autrement ce qui partent en Occident. Ne les regardez pas comme des sacs d’argent: C’est par là que commencera la révolution. Ce genre de films, depuis les années 70, ils sont tournés, mais rien ne change. Allez y comprendre.
      – La misère et le bonheur sont partout. Et vivre ça vie en ne passant qu’à son côté négatif, on n’avancera jamais. Beaucoup de riche ont connu la galère pour être ce qu’ils sont aujourd’hui. Et à chacun ça tasse de café. En tout cas moi je ne découragerai jamais quelqu’un qui veut s’essayer ailleurs. Ce que je ferrai juste, c’est de lui expliquer ce qui se passe là-bas, qu’il ne soit jamais étonné de ce qui lui arrive (bon comme mauvais), mais qu’il cherche toujours d’aller de l’avant. Qu’il se dise que la vie c’est comme en guerre, il y a des batailles et perdre une ne signifie pas qu’on a perdu la guerre. Aussi en guerre il y a des repli stratégique.
      – Enfin que offre l’Afrique à ces enfants qui migrent vers l’occident? Et de plus en plus ce sont des diplômés qui partent? Créer des diplômés chômeurs qui ne fondent leur seul espoir que sur la fonction publique. Des conditions difficiles pour entreprendre quand on appartient pas au système politique qui gère le pouvoir. Avec ces conditions, les gens partiront toujours.
      Mais que mes frères africain sache que l’Europe n’a plus besoin de main-d’oeuvre illétrée sans formation professionnel.
      C’était ma contribution

  6. Levent dit :

    Enfin la solidarité africaine, elle n’existe plus. C’est de l’hypocrisie déguisée. Aujourd’hui si tu n’a s (dans ta tête ou dans ta poche), personne ne sera solidaire avec toi. Combien sont les enfants qui traînent dans les rues les yeux hagards sur les passants en gros cylindrés, ces mères qu’on accusent de sorcière et qui sont chassées du village. Pourquoi de plus en plus de mendiant dans les rues de Ouaga, regardez sur Charles De Gaulle. Chaque jour que Dieu fait, le nombre augmentent. Et ceux qui leur donne de l’argent, c’est parce que le marabout a demandé de le faire. Tout es rationalisé

  7. RitaFlower dit :

    Et quelle contribution,l’une des meilleurs sans aucun doute.Non pas parce que vous partagez mes idées.Mais par le fait que vous avez une vision réaliste de la situation des africains quelle que soit leur lieu géographique dans le monde:ceux qui vivent en AFRIQUE ou en OCCIDENT. C’est un sujet inépuisable.On peut en débattre encore et encore.Je tiens à vous encourager dans cette voie de discussion sur d’autres sujets que nous aurons surement à en parler.C’est tellement rare d’avoir un internaute qui prend le temps de développer son argumentation.Quant d’autres se contentent de faire des brèves et courtes interventions.ILs choisissent la facilité,quoi.Toujours partisans du moindre effort.Réfléchir est devenue trop difficile.Hum africains.Au plaisir de vous lire la prochaine fois,cher Levent.Merçi pour votre vraie lucidité…

Et vous, qu'est ce que vous en dites ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s